Premières traductions

TRAVAIL EN COURS

Premières présentations publiques de traductions de textes dramatiques en français
(c’est-à-dire, les plus anciennes lectures, représentations ou éditions connues, pour les traductions depuis les langues de la zone Eurodram)

Tatar de Crimée
Arzy, légende tatare, de Rinat Bektashev, traduction Shirin Melikoff et Ömer Özel, lecture dirigée par Clément Peretjatko, Maison d’Europe et d’Orient, Paris, 2016 [source]

Karatchaï
Les Traineaux en bois, de Bourkhan Berberov, traduction (via le russe) Philippe Frison avec la collaboration de Virginie Symaniec, éditions l’Espace d’un instant, Paris, 2009 [source]

Balkar
Le Sang et la cendre, de Mouradine Olmez, traduction (via le russe) Larissa Guillemet et Virginie Symaniec, lecture dirigée par Dominique Dolmieu, festival de Die, 2007 [source]

Biélorussien
Les Gens d’ici de Ianka Koupala, traduction Larissa Guillemet et Virginie Symaniec, éditions l’Espace d’un instant, Paris, 2006 [source]

Rromani
Kosovo mon amour, de Jovan Nikolić et Ruždija Sejdović, traduction Marcel Courthiades, éditions l’Espace d’un instant, Paris, 2004 [source]

Estonien
Notre père, d’Eva Koff, traduit par Eva Toulouze, Presses universitaires de Caen, 2002 [source]

Slovène
Le Pianiste nu, de Matjaž Zupančič, traduction Primož Vitez en collaboration avec Laurent Muhleisen, lecture dirigée par Laurent Muhleisen, Musée Calvet, Avignon, 2001 [source]

Tchétchène
Chirurgie et autres broutilles, de Rouslan Khakishev, traduction (via le russe) Bernard Outtier, éditions de la Gare/l’Espace d’un instant, Paris, 2001 [source]

Persan
Portrait, de Reza Ghassemi, traduction Monique Picard, éditions L’Harmattan, Paris, 1995 [source]

Géorgien
L’Histoire provinciale, de Lali Roseba, traduction Nino Eremachvili, mise en scène Patrick Verschueren, Fabrique Ephéméride, Rouen, 1994 [source]

Kurde
Mem et Zine, d’Ehmedê Khanî, traduction Shwan Jaffar avec la collaboration de Joëlle Segerer, mise en scène Shwan Jaffar, Théâtre Paris-Vincennes, 1994 [source]

Hébreu
Marchands de caoutchouc, de Hanokh Levin, traduction Liliane Atlan, mise en scène Jacques Nichet, Théâtre des Treize Vents, Montpellier, 1993 [source]

Albanais
L’Histoire de ceux qui ne sont plus, de Kasëm Trebeshina, traduction Mirela Kumbaro, mise en scène Dominique Dolmieu, ESAD Pierre Debauche, Paris, 1992 [source]

Bulgare
La Vie bien qu’elle soit courte, de Stanislas Stratiev, traduction Régine Dontchev, Guéorgui Katzarov et Maria Katzarovit, mise en scène Jean-Pierre Beauredon, Théâtre Sorano, Toulouse, 1991 [source]

Macédonien
Mon assassin très cher (Erigon), de Jordan Plevneš, traduction de l’auteur, mise en scène Patrick Verschueren, Théâtre des Deux-Rives, Rouen, 1991 [source]

Ukrainien
Cassandre ou L’Amphitryon de pierre ? (Œuvres choisies), de Lessia Oukraïnka, traduction Andry Swirko, Imprimerie Amibel, Bruxelles, 1970 ou 1974 [recherche en cours] http://www.la-boutique-ukrainienne.com/fr/livres/littrature-en-franais/lesia-ukrayinka-lessia-oukrayinka

Azéri
Histoire de M. Jordan, botaniste, et du derviche mestèli Chah, célèbre magicien de Mirza Fath-Ali Akhundov (Akhundzadè), traduction Louis Bazin, éditions Gallimard, Paris, 1967 [source]

Turc
Ivan Ivanovitch a-t-il existé ? de Nâzım Hikmet, traduction (via le russe) Nicole Maupaix, revue Les Temps modernes, Paris, 1958 [source]

Arabe
Scheherazade, de Tawfiq Al-Hakim, traduction A. Khédry et Morik Brin, Nouvelles éditions latines, Paris, 1936 [source]

Yiddish
Dieu de vengeance, de Schalom Asch, traduction Lupus Blumenfeld, mise en scène Charles Dullin, Théâtre de l’Atelier, Paris, 1925 [source]

Bosniaque/Croate/Monténégrin/Serbe
La Résurrection de Lazare, d’Ivo Vojnović (Ivo de Voïnovitch, traduction Christiane Solvejgs, revue Le Monde slave, Paris, 1917 [source]

Islandais
La Ferme de la Cheire, de Jóhann Sigurjónsson, traduction Léon Pineau, Bulletin de l’Œuvre, Paris, 1914 [source]

Arménien
Maître Balthasar, d’Hagop Baronian, traduction J.-M. Silnitzki, éditions Ernest Leroux, Paris, 1913 [source]

Roumain
Fausses accusations (Le Malheur), de Ion Luca Caragiale, traduction Oswald Neuschotz, Craiova, 1897 (exploitation ? à vérifier)

Suédois
Mademoiselle Julie, d’August Strindberg, traduction Charles de Bigault de Casanove, mise en scène André Antoine, Théâtre-Libre / Théâtre des Menus-Plaisirs,  Paris, 1893 [source]

Norvégien
Les Revenants, de Henrik Ibsen, traduction Rodolphe Darzens, mise en scène André Antoine, Théâtre des Menus-Plaisirs, Paris, 1890 (à vérifier)

Grec
Plutus et Les Nuées, d’Aristophane, traduction Anne Dacier (Le Fèvre) éditions Denis Thierry et Claude Barbin, Paris, 1684 (à vérifier)

Recherches en cours : Allemand, Anglais, Castillan, Catalan, Danois (Ludvig Holberg ?), Finnois, Hongrois, Italien, Komi, Latin, Letton, Lituanien, Néerlandais, Polonais, Portugais, Russe, Slovaque, Tchèque